Amérique Latine

Brésil

Extraits (2004)

Extrait d’un mail de ma fille durant mon séjour au Brésil, où elle n’est jamais allée : « Pour moi, la population du Brésil est composée de trois sortes de gens : ceux qui portent des maillots de foot, ceux qui portent des maillots de bain (tout petits), et les Yano-gentils-mami qui ne portent pas de maillot du tout ». C’est vers ce dernier groupe, les « Indiens », que je me destinais lors de ce voyage. Ainsi qu’un fil-pretexte de pérégrination, je me proposais de suivre celui du sang natif mêlé à la population actuelle de ce vaste pays. Force a été de me rendre compte rapidement du mal fondé de mon projet initial : le génocide indien du Brésil a bien eu lieu et, de manière plus ou moins insidieuse, se perpétue sous nos yeux.

Mais en réalité, je fus surtout et demeure charmé, à la manière idéaliste d’un Stefan Zweig, par cette immense nation –donc non-indienne– du Brésil.

Stéfan Zweig, « Autrichien, écrivain, juif, humaniste, pacifiste » et fuyant l’Allemagne nazie, fut émerveillé par cette race de « pur mélange » qui caractérisait sa terre d’asile. C’est  vers cette population coloniale multiraciale que je me suis tourné.

J’aurais aussi bien pu m’en tenir à mon « port » d’arrivée, de Sao Paulo. La grande cité brésilienne fêtait ses 450 ans. Elle est peuplée de la gamme complète des peuples les plus bigarrés provenant des quatre coins du monde et du pays lui même, venus remplir la mégapole par exodes successifs . On y trouve entassées aussi bien les populations indigènes du Nordeste dans les favelas du centre, comme les autochtones « premiers », les Guarani, dans les réserves miteuses de la périphérie et qui ont su bizarrement préserver leur langue, coutumes et croyances durant cinq siècles d’occupation.

Quelques minutes avant mon départ, alors que j’étais déjà dans la salle d’embarquement, mon complice d’image en ce voyage, m’a appelé au téléphone : « Reste un peu, je viens de croiser le portrait que tu cherchais ! C’est une asiatique africaine !  Elle a les yeux verts!… Um béjo, boa viagem ! bye-bye ! »… 

 

 

 

 

Dercy, Brésil, 2004. Tirage argentique N&B, 55,5 x 64 cm - Tirage argentique couleur, 67,5 x 51 cm

Nadia, 2004. Gouache sur papier, 42 x 65 cm

Deuzilia, Brésil, 2004. Gouache sur papier, 42 x 65 cm

Tiane, Brésil, 2004. Tirage argentique

Nelida, Brésil, 2004. C-Print

Lia, Brésil, 2004. C-Print
X