Course au Large

Trophée Jules Verne

TAG HEUER: «Je rêvais d’être ce Capitaine courageux à la barre de la goélette mythique Bluenose » (1993)

Je débarquai d’une longue campagne à bord de Pen Duick VI (Withbread 1976-77) et je réalisai un vieux projet: Avec mon sac de couleurs en bandouillère, je suis parti longer la côte nord est des États Unis et du Canada (de Gloucester à Lunenburg) à la recherche des vestiges de l’une des plus belles épopées maritimes de tous les temps avec la saga des goélettes morutières qui sillonnèrent les Grands Bancs de Terre Neuve au 19e jusqu’au début 20e.

Ces goélettes étaient les fiers navires qui inspirèrent les Capitaine courageux de Ruyard Kippling (le film de Victor Fleming tiré du roman et  interprété par Spencer Tracy, était le favori d’Éric Tabarly…).

SIR THOMAS LIPTON qui croisait régulièrement dans ces eaux au début du 20e à bord de ses Shamrock en quête de la Coupe América, fut fasciné par ces voiliers au point de créer l’International Fisherman’s Trophy. Un trophée réservé aux goélettes des Grands Bancs ayant au moins réalisé une campagne de pèche rentable.

Le Trophée  décupla l’imagination des capitaines et des constructeurs et paracheva ce qu’il est convenu de considérer comme l’apogée de la voile «au travail» occidentale qui prit fin avec l’avènement du moteur dans les années 1920-30. .La mythique goélette canadienne BLUENOSE domina l’épreuve de la proue à la poupe durant des années, avant d’achever sa glorieuse destinée en mer Caraïbe, dématée et réarmée en rhumrunner à l’époque de la prohibition.

Longtemps j’ai rêvé d’être ce capitaine courageux à la barre de la goélette mythique Bluenose…

Les règles restrictives de course des années 1990 ne risquaient pas de me permettre d’accomplir ce rêve qui n’est pas pour rien dans toute l’énergie et l’acharnement que j’employai à imposer le Trophée Jules Verne, inspiré sommes toutes par l’International Fisherman Trophy de Sir Thomas Lipton!

 

Bluenose mesurait 44 m (49 m hors tout). L’intauration du Trophée Jules Verne me permit de lancer la construction du Tag Heuer, une goélette de… 44 m.

 

Las…, ma belle goélette Tag Heuer sombra avant de franchir la ligne de départ du Trophée Jules Verne. Je pouvais toujours me rassurer en me disant qu’elle fut trop en avance sur son temps… On ne pas surnommé capitaine courageux à l’époque, encore moins Philéas Fogg, mais…Captain Némo! 

Était surtout venu le temps des multicoques…

X